Ils sont en ligne !!

On n’est pas encore sur du Spielberg ni du David Lynch, mais bon j’aurai essayé de faire deux films un peu drôles avec les moyens du bord. Merci encore aux deux équipes et à l’association Kino qui nous permet de faire des films entre potes puis de voir tout ça sur grand écran !

Les deux courts-métrages ont été mise en ligne sur la plate-forme Vimeo (où l’on retrouve l’essentiel des films du Kino Montpellier).

Voici donc ma participation aux 24 heures de la nouvelle, session 2017 ! Merci encore à l’équipe pour avoir organisé ça, et bravo à tou.te.s les participant.e.s !

Dans un contexte de science-fiction en mode « station orbitale qui part en cacahuète », je vous présente « Le vol du Beluga », et je vous propose d’aller la lire sur le site de l’évènement, comme ça vous pourrez ensuite lire d’autres nouvelles si le cœur vous en dit :
http://24hdelanouvelle.org/2017/04/le-vol-du-beluga-par-enkidoux/

Pour le cas où le site ne serait pas accessible, ou si vous aimez le confort douillet de ce blog (et mon choix distingué de polices de caractères), en voici une copie ici :

Et si le « Global Warming » était devenu un terme trop commun, trop usité pour être encore frappant ? Et s’il était temps de changer d’expression pour changer d’action ??

PS : cette nouvelle est inspirée d’une intervention que j’ai entendue durant un podcast ou je ne sais quoi… Je sais plus où, désolé. Si ça me revient, je le noterai ici.

J’ai dans l’idée depuis quelques temps de réaliser un recueil composés de mini-nouvelles totalisant toutes exactement 400 mots. C’est un format assez frustrant sur lequel j’ai pour l’instant un peu de mal à avancer, mais j’aime travailler sur ces formats courts qui permettent premièrement de travailler en série sur des tas d’idées qui traînent ici et là, et deuxièmement d’améliorer l’affûtage des histoires, leur concision. Quand je lis de la fiction, le blabla inutile me lasse vite, alors je tente dans la mesure du possible de m’en affranchir quand j’écris. Oh, il faut bien de la description et de l’ambiance, je ne parle pas d’Hollywoodiser l’écriture, mais enfin… Juste aller à l’efficace quand c’est possible (cette longue et laborieuse introduction montre à quel point j’aime aussi parfois en faire des tonnes pour pas grand chose… on va dire que c’est toujours bon de travailler plusieurs styles, hein).

Voici la première nouvelle à peu près terminée dans le genre. Je n’en suis pas pleinement satisfait donc elle pourrait subir des révisions, mais c’est déjà une petite histoire, en 400 mots tout pile (d’après Scrivener ;)).

Bonne lecture et bonjour chez vous !
Enkidoux