Faisons le point pour voir s’il me reste assez d’années à vivre pour m’en occuper, ou si je dois prévoir l’achat d’un androïde de remplacement.

Nous parlerons ici des textes que je compte lire dans le cadre de lectures en live via la plateforme Twitch (chaîne mj_feldo). Sous forme de lectures entrecoupées de commentaires et digressions plus ou moins longues (on essaie de faire court) et plus ou moins pertinentes (on essaie de ne pas trop s’éparpiller).

Game Design

Plusieurs bouquins de design me tentent, soit parce qu’ils font référence, soit parce que je les ai en ma possession 😀 On peut mentionner par exemple :

  • The Design of Everyday Things, par Don Norman ;
  • A Theory of Fun, par Raph Koster ;
  • Basics of Game Design, par Michael E. Moore ;
  • Game Design Theory, par Keith Burgun ;
  • Game Design Theory & Practice, par Richard Rouse III.

Langues

Lingua latina per se illustrata, par Hans H. Ørberg.

Très cool dans le sens où il est entièrement écrit en latin. Si on connaît une langue latine, on peut s’en sortir pour comprendre et aller vers de plus en plus de complexité. Exemple (les premières lignes) :

Rōma in Italiā est. Italia in Eurōpā est. Graecia in Eurōpā est. Italia et Graecia in Eurōpā sunt. Hispānia quoque in Eurōpā est. Hispānia et Italia et Graecia in Eurōpā sunt.

Hans H. Ørberg

Assimil, mil, mil !!

Pour d’autres langues qui me tentent, j’ai surtout des versions Assimil, qui sont de plus ou moins bonne qualité. Celle pour le grec ancien est top, mais cette langue, aussi belle soit-elle, est méga dure et au final moins utile que le latin, donc je ne pense pas m’y replonger.

Donc, restent en lice :

  • L’Allemand. Pour avoir un peu habité chez les germains, ce serait pas trop dur de redémarrer, et pas idiot, mais il y aurait moins l’excitation de la (re)découverte.
  • L’Italien. Parce que c’est joli, c’est pas loin et parce qu’une partie de ma famille vient de là-bas. Raisons insuffisantes, globalement.
  • L’Espéranto. J’aime son côté supposé facile et international, avec même une communauté de locuteurs et locutrices, qui, fut un temps (encore aujourd’hui) organisaient des évènements de-ci de-là. Par contre, ça sonne un peu chelou.
  • Le Roumain. Je l’avais appris il y a une quinzaine d’années. C’est pas trop dur pour des francophones. C’est joli, le vocabulaire est surtout latin, un peu slave. On utilise des déclinaisons. Bon, par contre, les occasions pour s’en servir après ne sont pas légion. Il est à noter que la méthode Assimil pour le roumain m’a laissé une marque indélébile. J’en poste l’extrait ci-dessous, vous allez voir, c’est assez drôle.

Cum ai putut să te măriți cu un bărbat așa batrîn ? Uită-te la el : e șchiop, gras și chel. În plus, am impresia că nu vede nimic ; e orb ?
– De ce vorbești în șoaptă ? Poți vorbi mai tare, e și surd.

Assimil roumain, page 171

Histoire et vieux magazines

Sur Gallica et autres sites d’archives, on retrouve des revues plus ou moins anciennes, et c’est parfois vraiment étonnant à feuilleter. Surtout quand on tombe sur de veilles inventions oubliées ! Je suis particulièrement intéressé par les débuts de l’aviation (mais pas que), et je trouve qu’il serait fort coolos de parcourir ces magazines :

  • Icare
  • L’Aérophile
  • Radio Craft
  • Excelsior
  • Et d’autres !
Publicités présentes dans la revue Excelsior

LDVELH – Livres Dont Vous Êtes Le Héros (et autres gamebooks)

Une catégorie de livres que j’aimerais beaucoup pratiquer en live. Dans certains cas ce sera un peu compliqué : lorsque je ne les ai qu’en format papier, et qu’il faut pouvoir montrer les paragraphes sous une webcam. Il faut aussi souvent utiliser des dés. Pour ça, j’ai l’habitude, mais montrer les pages d’un livre c’est une autre galère. Reste à expérimenter !

Mon classique à moi : Défis sanglants sur l’Océan

Par Andrew Chapman, avec des illustrations de Bob Harvey. Titre original : Seas of Blood. Un livre inévitable. Pour moi en tout cas. J’avais tanné mes parents pendant des mois à parler de “livre dont on est le héros” et vas-y que je voulais qu’on en achète un. Et un jour voilà, on m’a pris celui-ci. J’y ai joué une bonne partie de l’été. Pour moi, sa BO ne peut rien être d’autre que la Lambada, qui faisait fureur à l’époque. Et si vous trouvez que ça ne colle pas, vous avez tort.

Couverture du livre "Défis sanglants sur l'Océan"
Le meilleur LDVELH.

En gros, on y incarne un capitaine pirate qui guide son équipage dans une quête durant laquelle on cherche… heu… à s’enrichir. Pirates life, quoi. De mémoire, il était pas mal, et au final il m’aura beaucoup influencé dans mes premières années en tant que maître de jeu côté JDR.

Le Livre Dont Vous Êtes le Zéro

Attention, couverture choc :

Quel.le bel.le homme-femme-lézard.

Par Kemar. Oui, ok, bon. Il est drôle. Son livre a fait un flop. Réparons cette injustice en le testant ensemble. Ce sera sans doute rigolo. Si ça l’est pas, on arrête avant la fin ou on essaie de mourir au plus vite. Je sais pas si on peut y mourir. Ah, attendez, je viens de trouver des infos utiles sur Babelio :

Donc on PEUT mourir. Parfait.
Hein ? La note est mauvaise ? Oui, certes. Mais il y a aussi ce genre d’avis :

Quel dithyrambe ! Et de la part de quelqu’un qui ne semble pas connaître Kemar, en plus. Voilà qui m’assure d’un bon moment, empli de galéjades mémorables.

Le pacte d’Innsmouth : un RPG Book d’Elder Craft

Petit bijou ! Ce livre peut être utilisé comme manuel de jeu de rôle, comme LDVELH solo, ou comme LDVELH multijoueurs.

Couverture du livre "Le pacte d'Innsmouth"
Le pacte d’Innsmouth, par Maxime Le Dain (éditions Elder Craft)

Malheureusement, j’ai acheté la version papier et au final ce sera beaucoup moins pratique… Quoiqu’il en soit, il me tente beaucoup et s’inspire d’une des nouvelles de Lovecraft les plus marquantes : le Cauchemar d’Innsmouth.

De cette nouvelle (ou court roman, dirons-nous) ont été tirées maintes merveilles :
– des scénarios pour le jeu de rôle L’Appel de Cthulhu, notamment pour la campagne des Ombres de Yog-Sothoth ;
– un jeu vidéo à l’ambiance marquante et à la BO glaçante, Dark Corners of The Earth (que je streamerai sans doute un jour) ;
– une pièce radiophonique chez France Culture (ici les liens vers la page d’origine et vers un réupload sur Youtube) ;
– et bien d’autres créations !

Les vieux classiques

La bible, wesh

C’est déjà une lecture en cours (le dimanche à 11 heures). Je suis parti sur une traduction Louis Segond, mais j’ajouterai aussi différentes textes apocryphes, à condition de les trouver ! Le sujet est vaste, je ferai d’autres articles dessus.

Autres récits fondateurs

Allez, en vrac :

  • L’épopée de Gilgamesh ;
  • Le livre des morts égyptien ;
  • L’Iliade et l’Odyssée ;
  • Les Métamorphoses d’Ovide ;
  • Les fables d’Esope ;
  • L’Eneide, de Virgile.

Les classiques moins anciens

C’est reparti :

  • La Divine Comédie, de Dante ;
  • Deux ou trois pièces de Shakespeare, si je trouve des versions annotées cools ;
  • Le Moine, par Matthew Gregory Lewis ;
  • Gargantua, par Rabelais ;
  • Don Quichotte, par Cervantes.

Les textes de lois que je trouve cools

Je kiffe les vieilles lois, et les textes constitutionnels. Donc :

  • Le code d’Hammourabi ;
  • Quelques bouts de loi romaine ;
  • Les différentes constitutions françaises depuis 1789 ;
  • La constitution des USA ;
  • La constitution de l’URSS ;
  • Des constitutions de micro-états chelous ?

La conclusion

Évidemment, ce n’est pas avec un simple créneau d’1h30 par semaine que j’irai très loin sur ce problème (qui plus est forcément incomplet). Tout ça pourra avancer si j’arrive à me caler d’autres horaires dans la semaine pour ça. Le lundi matin ou le mardi matin ? Horaires sexy par excellence.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.